D’une fille à son père

 

Il y a parfois des anniversaires douloureux à fêter , aujourd’hui c’en est un…. C’est celui de mon père, nous aurions dû fêter ses 64 ans , mais hélas il nous a quitté bien avant: il y a aujourd’hui 20 ans et un mois …. Il était jeune et moi encore plus.  Il m’a fallut dix ans et une grosse dépression  pour m’en remettre, nous étions très proche tous les deux .  Même si à présent j’ai accepté, l’absence elle se fait toujours ressentir et il me manque ; j’aurais aimé partager tant de choses encore avec lui, comme par exemple de voir grandir ses petits enfants; il serait absolument gaga d’eux …  Mais la vie est ainsi faite et on n’y peu rien changer … Le plus important c’est que je parle de lui aux enfants qu’ils le connaissent à travers moi et qu’ils l’aiment autant que moi je l’aime.

En ce qui concerne le tableau : c’est celui qui m’est le plus précieux évidemment , je l’ai réalisé à la peinture acrylique et d’après une  photo que j’adore (photo de son service militaire , papa était alors âgé de 21 ans ). Il m’a fallut beaucoup de temps pour la finir , j’ai été incapable d’y toucher pendant presque trois ans, je ne l’ai achevé qu’une fois remise de ma dépression …

 

9 réflexions sur « D’une fille à son père »

  1. Magnifique ! Quel regard, quelle présence, quel charisme …

    Originaire du sud ? Étranger ? Sang mêlé ?

    On ressent autant la passion de l’homme que celle dont tu as été envahie en reproduisant la photographie. C’est un très bel hommage que tu lui as rendu.

    Bien sûr, en ayant lu le billet qui l’accompagne, ton œuvre n’en a que plus de force. Les parents sont très importants, quels qu’ils soient, qui qu’ils soient. Ce sont nos fondations pour la vie, quoi qu’il nous arrive et les outils immatériels qu’ils nous transmettent , ou pas, font qu’à notre tour nous transmettons, ou pas des forces ou des faiblesses à nos propres enfants, ces enfants auxquels nous devons toujours donner beaucoup d’amour quoi qu’il arrive et que nous devons épauler et soutenir toute notre vie. Il faut rester conscient de son rôle autant que de sa responsabilité de parents parce qu’une vie est aussi précieuse qu’un enfant est fragile. Tu l’as malheureusement compris trop tôt, mais j’espère que tu es plus forte aujourd’hui de ta faiblesse d’hier. Ton papa vit en toi et à travers toi, celà ne meurt jamais. Grâce à toi, tes enfants se construisent sur une bonne chape et si ton sol d’enfant s’est construit, lui, sur un sable mouvant qui se rappelle peut être à toi de temps en temps, toi et lui vous êtes restés ensemble pour le souvenir d’un bel homme parti trop tôt mais dont l’image visuelle n’aura pas été abîmée par le temps.

    Je t’envoie beaucoup de tendresse.

    1. Merci pour ces belles paroles sages et touchantes Bibi, ça me touche beaucoup!

      T’as vu ça ? hein , oui il avait une prestance un charisme et un charme fou mon papa (et si je te dis qu’en plus il était pompier) !!!  J’ai hérité ça de lui , je lui ressemble beaucoup d’ailleurs au niveau des traits du visage et mon frère aussi . Pour  les origines je ne sais pas et c’est marrant que tu demandes ça, car il y a 6 ans quand j’ai rencontré mon mari , sa première phrase a été « t’aurais pas des origines catalanes ? » Comme quoi….

      Avec mes parents j’ai eu de bonnes bases d’éducation , ça rigolait pas! Ce que j’aimais le plus , c’est qu’il prenait le temps de vraiment jouer avec moi et mon frère quand il se trouvait à la maison et j’ai toujours fait pareil avec mes propres enfants . Bien sûr il y a aussi eu des erreurs (quel parent n’en commet pas ) , notamment à propos de mes études , il ne voulait pas que je fasse des études de dessin et le cursus scolaire classique ne me convenait pas, j’ai  donc été en apprentissage … Même si je lui en ai voulu pendant quelque temps et que j’ai souffert de ne pas pouvoir faire ce que j’aimais , j’ai aussi compris qu’il avait fait ce qu’il pensait le mieux pour moi et était plus inquiet de mon avenir qu’il ne voulait bien le dire, et puis en même temps cet apprentissage ça été une bonne chose pour m’aider à vaincre ma timidité adolescente maladive. Mais ça m’a aussi appris une fois adulte que je ne commettrais pas ce genre d’erreur, mes enfants feront ce qu’ils voudront comme études.  Bien sûr les souvenirs ne meurent pas, c’est ce qu’il y a de plus précieux et je les transmet volontiers à mes enfants .

      Tiens et en petit cadeau une photo couleur de mon père  <- clique! (il avait la trentaine sur celle-ci, il était vraiment trop beau mon papa <3)

      1. Oui, carrément beau! Incroyable cette énergie, cette volonté qui transparaissent . Ça devait pas rigoler tous les jours :-).

        Il y a si peu d’ « élus  » et tant de « crève la faim » ne substituant que grâce aux aides sociales ou gouvernementales qu’il est difficile de prédire si un enfant ou un jeune s’épanouira dans son art. Les parents « raisonnables » préfèrent frustrer leur progéniture en tentant de leur faire acquérir quelque chose de plus « solide » « au cas où « . Mais quand on n’a pas l’esprit pour rentrer dans notre moule éducatif, c’est dur.Et on perd du temps où c’est l’impression qu’on en a.  Mais quoi qu’il arrive, on reste artiste toute sa vie.

        Nos enfants également nous apprennent beaucoup, dès leur naissance, sur nous mêmes et nous font avancer. D’une certaine façon, ils nous éduquent eux aussi. La boucle ne se ferme jamais. Mes quatre mois passés auprès de ma file m’ont révèlé des évidences, ont donné des réponses à mon parcour et m’ont aussi permis de comprendre l’histoire antérieure. Tu vois …

        Tout cela donne du sens à notre passage sur terre. C’est riche, précieux et beau. C’est de l’amour. Rien n’est plus important.

        1. Oui on reste artiste toute ça vie quand on  a une fibre artistique, et tu vois ç’est aussi héréditaire , ma fille a un talent pour la photographie, number two pour le dessin et minimoy , j’ai bien l’impression qu’il prend le même chemin , il adore ses crayons feutres et mine de rien même si c’est que du gribouillage , je l’observe quand il « dessine » et il réfléchi déjà au comment et où poser son coup de crayon donc affaire à suivre.

          Et je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait nous en apprennent beaucoup sur nous , j’en apprends pas mal sur moi avec la grande en ce moment , parce que comment dire même si elle est adorable , c’est pas toujours simple à son âge ^^.

  2. Coucou,

    pour avoir vu la photo en vrai :  le tableau est scotchant ! Tes maitrises graphiques ont du se mêler à tout un tas de sentiments… c’est une très jolie réalisation, fort respectueuse et fort touchante que tu as réussi à « terminer » (bien que j’ai dans l’idée que « terminer » n’est pas le bon mot) : un grand bravo !

     

    1. Hello Pipiou ! Désolée je suis en retard dans mes réponses ^^. Je t’avais montré la photo ? Je me souvenais plus …. Oui ça été long mais j’ai fini jusqu’à aller jusqu’au bout ça été un long chemin, mais j’en suis sortie.

    1. Hein qu’il était beau on aurait dit un acteur de cinéma ^^. C’est un gros vide de ne plus avoir ses parents et il y a eu des années très difficiles mais c’est vrai ce que tu dis tant que l’amour est là, ils ne disparaissent pas entièrement . Bisous Poppo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *